Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

Le doute de son corps propre

Douter de son corps, c'est comme allonger son tibia sur le regard de la mer. J'essaie de dire à mi mot le souvenir de mes entrailles, mais tout se tait en moi et le vague reflet du reflux de ma chambre s'allume comme un éclair sur les méandres du ciel. Tout en moi s'anime et se sépare, et l'oubli du ciel sans combat arrive souvent à faucher dans mon souffle les ébats de salon. Les gentils animaux qui défilent sans cesse au regard de mes seins sans oublier le temps, affranchissent d'un voeu les sourires du feu que file le tumeur de l'âtre sans danger. Ô source d'inconstance qui efface mes ouïes et qui lance à demain l'ouvrir de la silure. J'execre les maris qui soulagent leur corps au lendemain de fête de leur pallier maudit. Sage ô sage amertume qui enfante le songe et qui dit aux oiseaux les couleurs de la jungle. Je te hais ici bas mais là haut je mourrais à ma propre torpeur qui domine la plaine. J'appelle tous les cieux à me dire malheureuse et je leur souffle encore l'ourse de mon désir. Tu n'es pas là au sel qui hante mes nuages et dis aux quatre vent ce que mes gens m'ont lu. Et le crochu si fille qui ricane tout bas et qui parle aux sots comme on dirait je t'aime exaspère les nerfs de ma pauvre carcasse et singe les grands hommes qui bougent dans la nuit. 

Les commentaires sont fermés.